Comment le métabolisme d’une bactérie contrôle le comportement de la communauté

mBio 12:e02758-20 (2021)
photo

Dans la nature, de nombreuses bactéries coexistent, formant une « société avancée » reposant sur des interactions. Ces travaux, publiés dans la revue mBio, reposent sur une approche interdisciplinaire et démontrent que la mise en place d’interactions physiques et métaboliques entre deux bactéries implique une petite molécule -AI-2- capable de médier la communication entre des bactéries d’espèces différentes en fonction de leur état métabolique.

Sans source de carbone pour se développer, en consortium avec la bactérie E. coli productrice de la molécule AI-2 (mCherry, rouge), D. vulgaris est capable de produire son énergie comme le montre la fluorescence du composé RSG (Redox Sensor Green – vert)
  • Lire la suite sur le site du CNRS: web
  • Référence: Metabolic exchange and energetic coupling between nutritionally stressed bacterial species: role of quorum sensing molecules. Ranava D, Backes C, Karthikeyan G,Ouari O, Soric A, Guiral M, Cárdenas ML,Giudici-Orticoni MT. mBio 12:e02758-20. doi :10.1128/mBio.02758-20
Plus d'infos / More information

Plus d'actualités / More news